• 1er RUN du PCG

     

    JOGGING

    Kathy Provoost omniprésente

     

    Ce premier «Run du petit collège» a attiré une bonne centaine de participants, et des vainqueurs bien connus.

     

    Le Petit Collège de Godinne est situé au «Carrefour de l’Europe » là-haut sur la rive droite de la Meuse. Un bâtiment plutôt imposant occupé par une école secondaire, un internat, l’école de spécialisation d’Yvoir et, depuis six ans, par une école primaire d’une centaine d’enfants. Qui est une implantation du Collège d’Erpent. Et pour tenir l’église au milieu du village, deux boss aux épaules larges: Aurélie Vileret et Philippe Fabry. Et ce dernier, de nous confier: «Une école n’est pas toujours facile à gérer. Nous avons déjà organisé des marches aux flambeaux, des soirées à thèmes, et autres expositions de travaux. Au fil des années, nous cherchons à innover. À sortir de la routine pour accrocher parents et sympathisants. C’est sous les conseils de l’un d’eux (M. Herman) et de notre professeur de gym (Arnaud Rothelin), fans de trails et joggings que nous avons, dans cet immense parc, «rubalisé» une boucle de trois kilomètres. Les plus petits jusqu’aux plus grands pourront la parcourir une, deux ou trois fois pour s’envoyer une volée d’escaliers puis emprunter un long couloir peu avant l’arrivée!»

     

    Sur 3 kilomètres Christian apelle l’emporte devant Arnaud Rothelin et Corentin Giloteau. Notez bien qu’il en avait bouclé une en guise d’échauffement, et deux en guise de décrassage! «J’avais décidé d’un peu lever le pied, en optant pour ce «3 bornes». L’âge aidant, on récupère plus difficilement. Après un dix kilomètres, je mets 4,5 jours pour retrouver mes meilleures sensations». Toute bonne performance aussi pour Norah Despatures (1redame) et Noah Robin (4e). Deux jeunes pas plus hauts que trois pommes et quelques pépins. Sur 6 kilomètres Valentin Grégoire non plus, il ne faut plus le présenter. «Je suis du même club que «Mahia l’abeille». Et j’en suis à ma 11e victoire. Malgré les nombreuses relances, ce parcours rentrait dans mes cordes».

     

    Sur 9 kilomètres, Damien Libert et l’incontournable Kathy Provoost s’imposent. Et, à chaque fois, celle-ci nous donne toujours une impression de facilité étonnante: «Vous savez, dans cette discipline, j’ai déjà trente ans de bouteille. Ce n’est donc pas aujourd’hui que je vais me mettre dans le rouge pour arriver à prendre place sur un podium. Je cours d’abord pour le plaisir. Et aujourd’hui, j’ai trouvé ce parcours on ne peut plus agréable. Tout y était, rien n’y manquait: de la prairie, du bois, de la route, les escaliers et les couloirs, qu’on ne pouvait, à l’époque, traverser en courant. Puis, c’est un agréable moment passé en famille: j’ai à mes côtés fils et père».

     

    Damien Libert, ne partageait pas tout à fait cet avis: «Quand vous empruntez le dallage après avoir foulé l’herbe, faut faire gaffe, car vous risquez de prendre une pelle. Les plus jeunes, plus fougueux sont souvent les premiers à y prendre un billet de parterre»

         https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190501_01329602/kathy-provoost-omnipresente?fbclid=IwAR3JoeXu3JK_5DP63p6mRkp92m5F7PVlm8Vq5DWYzjwyL9FlfLEjNPGXIUI